08/04/2010

Jean-Maximilien Schultz sur le gril

jm

(Avant le handball, Jean-Max a pratiqué l'aïkido et le kendo. Photo: Richard Barzyczak)

Cette semaine, nous donnons la parole à Jean-Maximilien Schultz, président des Iguanodons. Employé dans une banque d’investissement, notre pivot a trente ans et il vient de connaître les joies de la paternité : il est le papa d’une ravissante Salomé.

En quoi consiste ton rôle de président ?

C’est une fonction variée. Je m’occupe d’organiser la saison, de faire la publicité du club, de chercher des sponsors, de communiquer avec la Ligue… Mais je n’agis pas seul. Le reste du comité ainsi que le coach me donnent un coup de main.

Mardi prochain, une réunion importante aura lieu après l’entraînement. De quoi s’agit-il exactement ?

Nous allons bientôt devoir donner une réponse à la Ligue : inscrira-t-on ou non le club pour la saison 2010-2011 ? Deux grands points seront à l’ordre du jour. Tout d’abord, sur quel noyau pourrons-nous compter dès le mois d’août? Et ensuite, il faudra mettre certaines choses au point, comme le comportement attendu aux entraînements, etc.

Optimiste ?

Oui, clairement. Il y a deux ans, nous avions terminé la saison avec six joueurs. Nous étions très découragés. Mais nous avions quand même voulu relancer la machine. Grâce au coach, de nouveaux éléments sont arrivés. Aujourd’hui, le processus de relance est en bonne voie. Le noyau actuel est très prometteur. Cette base nous offre des perspectives pour l’avenir. Je pense que nous avons une bonne marge de progression.

Depuis quand es-tu au club ?

Depuis trois ans. Je termine ma seconde saison comme président.

Comment as-tu obtenu cette fonction ?

L’ancien président avait présenté sa démission et il fallait un remplaçant. J’étais le seul à me présenter. Beaucoup d’anciens souhaitaient arrêter ou bien n’avaient plus le temps de s’impliquer dans la vie du club.

Prêt à rempiler pour une saison supplémentaire ?

Si l’on veut bien de moi, oui !

Qu’est-ce qui t’a amené à choisir le handball ?

J’avais envie de m’investir dans un sport d’équipe. J’avais joué au handball à l’école secondaire et j’en avais gardé de bons souvenirs. J’ai cherché le club qui était le plus proche de chez moi et j’ai trouvé Bernissart. J’ai envoyé un mail pour me présenter et l’aventure a débuté ! Plus jeune, j’ai joué au foot et j’ai pratiqué l’aïkido et le kendo durant six ans.

Tu as toujours évolué comme pivot ?

Oui, si ce n’est à l’une ou l’autre exception où l’on m’a placé au back. Le pivot est souvent un joueur débutant un peu costaud, à qui l’on veut apprendre les bases. Je m’efforce de créer des espaces pour les attaquants et, souvent, j’encaisse des coups. J’aime cette place, même si c’est un rôle ingrat. Cette année, satisfaction  supplémentaire, j’ai réussi à mettre quelques buts.

Ce samedi, les Iguanodons affrontent Anderlecht. Penses-tu, comme le coach, qu’une victoire est envisageable ?

Gagner sera très difficile. Les Anderlechtois ont bien progressé depuis l’année dernière. Quant à nous, le manque de condition physique et d’automatismes se fait encore sentir. Le travail que nous avons entamé est loin d’être fini. Mais je monte toujours sur le terrain avec l’envie de gagner. Donc je garde espoir.

S.Ba

21:00 Écrit par Iguanodons' Team dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.