08/06/2010

Julien Trotin sur le gril

Julien Trotin

(Julien Trotin ne sera de retour que dans quelques mois. Photo: Richard Barzyczak)

Cette semaine, parole à celui qui est devenu notre plus fidèle spectateur à l’entraînement.  Depuis le tournoi de Tubize, Julien Trotin (25 ans) est au repos forcé suite à une blessure à la cheville. Dans la vie, le sosie du footballeur Paul Gascoigne combine les métiers de maçon et de pompier volontaire.  

Comment t’es-tu blessé ?

L’entraîneur de Tubize, qui jouait, est retombé sur mon pied lors d’une phase du premier match. Pas de bol : après trois minutes, mon tournoi était terminé !

Tu as tout de suite su que c’était grave ?

Oui. Je ne pouvais plus marcher et j’ai immédiatement quitté le terrain pour mettre de la glace.

Verdict final ?

Le médecin m’a dit que les ligaments étaient touchés. Ma saison est terminée. Après l’immobilisation, je devrai suivre des séances de kiné pour la rééducation. Rendez-vous, donc, l’année prochaine.

Quel bilan tires-tu de ta saison ? Selon le décompte, tu as scoré 21 fois.

Je pensais que j’en avais marqué 25. On m’a donc volé des buts (il rit). J’ai donné le meilleur de moi-même et, le plus important, j’ai progressé au poste de pivot.

Tu as pas mal bougé sur le terrain. Au début de saison, tu arpentais le flanc comme ailier.

Oui parce qu’il n’y avait personne de disponible pour jouer à cet endroit. J’ai aussi été testé comme back. Mais mon poste de prédilection, c’est pivot. C’est là où je me sens le mieux et où je peux laisser exprimer mes qualités. Je manque de vivacité pour être ailier.

Tu as aussi une expérience comme gardien de football.

Oui, je me suis retrouvé entre les perches pendant dix ans. Mais ça, c’est terminé : je n’ai plus envie d’endosser ce rôle.  

Comment es-tu devenu joueur de Bernissart ?

Je connaissais Morgan Verelst et je suis venu le voir à l’entraînement. Un jour, j’ai essayé et j’ai finalement  accroché. Là, j’ai terminé ma première saison officielle.

Malgré la fin de saison, l’entraînement du mardi reste fréquenté et on voit même débouler de nouvelles têtes. Comment juges-tu cette évolution ?

Ces nouveaux joueurs, c’est du pain bénit. Si le noyau devient plus conséquent, l’entraîneur va avoir plus de possibilités et les titulaires auront l’occasion de mieux récupérer durant les matches. Car cette année, malheureusement, nous avons encore été contraints de disputer quelques rencontres avec un groupe limité.

Un mot sur ta femme, Mélanie, l’une des supportrices inconditionnelles du club ?

Elle m’a toujours suivi et elle n’a jamais ménagé ses encouragements. C’est super.

 

S.Ba

 

18:16 Écrit par Iguanodons' Team dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Le sosie , ha ha ha ha ha ha ha , mdr!
Oui, celui de "Castagnet" dans "le petit baigneur" !!!!
Ha ha ha ha ha ha ........
Alors là ......

Écrit par : Coach | 09/06/2010

Les commentaires sont fermés.